La chapelle à travers les siècles

à travers les siècles

Le Siège de la Ville d’Aix par le duc d’Epernon pendant la Ligue
Le Siège de la Ville d’Aix par le duc d’Epernon pendant la Ligue Tableau vers 1593 [Musée Granet] - L’église Saint-Jean de Malte se trouve à l’extérieur des remparts et le terrain où sera construit la chapelle est un champ de vignes
Plan géométrique de la ville d'Aix - 1680
Plan géométrique de la ville d'Aix, capitale de la Provence de Louis Cundier (1680) - Le quartier Mazarin est en cours de construction et la chapelle des Pénitents blancs figure maintenant à l'est de l'église Saint Jean de Malte.

Se développant au XVIe siècle, dans le contexte des guerres de religion, les confréries de pénitents, sociétés laïques indépendantes, avaient pour principale vocation de remplir certains devoirs de dévotion et de charité.

Née en 1563, dans la chapelle du couvent des Carmes (actuel passage Agard), la confrérie des Pénitents blancs fait construire sa nouvelle chapelle en 1654, sans doute sur les plans de l'architecte Pierre Pavillon. La construction s'achève au début du XVIIIe siècle.

À la Révolution, la confrérie ayant disparu, la ville d'Aix devient propriétaire de la chapelle qui est alors utilisée comme magasin de fourrage pour l'armée.

En 1817, la chapelle est mise à disposition de la confrérie des Pénitents blancs reconstituée. La municipalité récupère ensuite la chapelle pour y installer, de 1865 à 1878, une annexe du musée d'Aix (actuel musée Granet) afin d'y accueillir l'importante donation Bourguignon de Fabregoules.

Paul Cézanne évoque la chapelle dans sa correspondance avec son ami Emile Zola : « Le père Gibert* du musée, m'ayant invité à visiter le Musée Bourguignon, j'y suis allé avec Basile, Marion et Valabrègue. » (Aix, octobre 1866)

De 1880 à 1970, la chapelle accueille tour à tour une école communale, une école d'arts ménagers et une partie de l'école des Beaux Arts. Une extension du musée Granet est également évoquée.

En 1971, la ville transforme la chapelle en centre des congrès puis la ferme en 2001 pour travaux de désamiantage. En 2007 un projet de réhabilitation voit le jour qui s'achève au printemps 2013 avec la réouverture de la chapelle et la présentation de la collection Jean Planque sous l'intitulé « Granet XXe »