PRENEZ GARDE À LA PEINTURE ET À FRANCIS PICABIA...!

Film documentaire

Evénement

jeudi 12 juillet 2018 à 21h30

Un film de Rémy Ricordeau
Produit par Seven Doc, Aube Elléouët-Breton et Oona Elléouët

Durée : 1h40mn

De son vivant, Francis Picabia n’a cessé de déconcerter ses contemporains : successivement « impressionniste», «orphiste», «mécanomorphiste», précurseur de la révolte dadaïste, il inaugura une période dite des « monstres », avant une autre dite des « transparences » pour s’adonner ensuite à un réalisme « kitch » désincarné, dernière étape avant un symbolisme et une abstraction qu’il expérimentait encore peu avant sa disparition en 1953.

Picabia s’est ainsi montré insaisissable, autant pour l’immense majorité du public que sa démarche provocatrice déroutait, que pour la plupart des critiques pour lesquels il restait inclassable. Avec Marcel Duchamp son ami, il n’a pourtant jamais cessé d’être une référence incontournable aux yeux de ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’art moderne et son rapport à la liberté.

«Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction» affirmait Francis Picabia. Il convient de prendre son humour au sérieux car la formule dévoile en partie le mystère qui caractérise son œuvre : la cohérence de sa démarche réside en effet dans son insatiable curiosité et son goût immodéré de la vitesse et du jeu, cette soif de vivre désespérée qui ne s’est accommodée d’aucun conformisme ni d’aucune autre règle que celle du désir et du plaisir de tout expérimenter.

Par ailleurs écrivain, poète et grand amateur d’automobiles, Picabia fut donc un «plus-que-peintre», autrement dit un «anti-artiste» pour lequel la vie dans tous ses excès était préférable à son œuvre ; et le jeu des passions à la morbidité des dogmatismes.

C’est ainsi au regard du rapport paradoxal qu’il a entretenu avec la peinture, distancié autant que passionné, que ce film se propose de retracer la vie de Francis Picabia et de rendre compte de l’importance de sa singularité dans l’histoire intellectuelle et artistique du 20e siècle.


Avec : Jean-Jacques Lebel, plasticien et poète, Annie Le Brun, écrivain, Arnauld Pierre, historien de l’art, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, Aurélie Verdier, historienne de l'art, conservatrice au Musée national d'art moderne, Centre Georges Pompidou

Horaires

Jeudi 12 juillet à 21h30

Tarifs

Entrée libre, sans réservation, dans la limite des places disponibles.